prélude suite n° 1

Recommander
ce disque à un ami

> Suites pour violoncelle, EA 0312/2

Dominique de Williencourt
Un disque enregistré en Live en 2004

> Les artistes :

Dominique de Williencourt, violoncelliste-compositeur

Retrouvez Dominique de Williencourt

« Violoncelliste raffiné et cultivé, pour qui la musique est aussi une affaire d'engagement spirituel, Dominique de Williencourt impressionne en concert par la probité de son, les sonorités soyeuses de son violoncelle et l'élégance de son jeu. »

J.-L. Macia, Diapason avril 2005


Il a obtenu le Grand Prix de l'Académie du Disque. Conseillé par Zino Francescatti et disciple d'André Navarra, Philippe Muller, Marcel Bardon et Mstislav Rostropovitch, il a été invité dans plus de quarante pays, des Amériques au Japon. Il est également le dédicataire d'œuvres de Bacri, Jevtic, Florentz, Lancino, Silvestrini, Uebayashi, Vercken. En octobre 2004, il est invité au jury du Concours International de quatuor à cordes Chostakovitch à Moscou par le Maestro Valentin Berlinsky du Quatuor Borodine.
Il s'inspire de ses voyages au Sahara, Yémen, Caucase, Asie centrale, Inde… pour composer des œuvres inspirées de thèmes touaregs, arméniens, tibétains... Un documentaire de 52 minutes sur sa recherche de silence en parcourant avec son violoncelle les déserts du monde a été réalisé pour la chaîne Mezzo. Il enseigne au Conservatoire Supérieur de Paris-CNR et a été nommé Chevalier de l'Ordre National du Mérite. Directeur musical de l'Association "Pour que l'Esprit Vive", il a initié un lieu de résidence d'artistes - parrainé depuis 2002 par l'Académie des Beaux-Arts à Paris - et des Rencontres Musicales à l'Abbaye de La Prée (36, Indre) avec Nicolas Bacri.
Depuis 1994, il organise des Croisières Musicales autour de l'élite musicale: Lord Yehudi Menuhin, Marcel Landowski, Barbara Hendricks, José Van Dam, Teresa Berganza, Marilyn Horne, le Quatuor Borodine, le Fine Arts Quartet, Gérard Poulet, Jean Ferrandis, Emile Naoumoff, ...
Il joue un exceptionnel violoncelle de J. Gagliano (1754) ainsi qu'un archet de F.X. Tourte (1825).


"Le violoncelle de soie et de velours de D. de Williencourt … au style incomparable, d'une densité et d'un raffinement extrême"

 Pierre Petit, Le Figaro


 

> La presse en parle

Xavier Rey, Classique répertoire, juillet août 2004

« Dominique de Williencourt nous livre les bijoux dans un ordre qu'il a choisi ! Les suites sont des œuvres de maturité que la jeunesse n'empêche plus heureusement d'aborder ni d'enregistrer. Elles ne sont plus ce royaume lointain auquel un Casals n'accéda que si tard. Williencourt se les approprie en chamboulant leur ordre chronologique, peut-être pour donner une plus grande continuité à son discours musical…Le prélude en Ré mineur  nous plonge immédiatement dans un tout autre univers. Le violoncelle se fait plus feutré, plus intime, comme si, après l'invitation au voyage, il nous disait « voilà, nous y sommes, arrêtons-nous un instant. »

Jean-Luc Macia, Diapason, octobre 2004


« …On est frappé par la profondeur et la chaleur de la sonorité du violoncelle et par l'ampleur des phrasés adoptés par Dominique de Williencourt. Les tempos sont lents, la concentration est extrême, le recueillement quasi religieux. Dominique de Williencourt (qui a pleine conscience de ce que représente pour un artiste l'enregistrement de ce sommet de la littérature pour violoncelle) joue ces partitions comme s'il célébrait une grand-messe. Tout a été pensé dans cette perspective de grandeur et de solennité et la réalisation est en parfaite adéquation avec le travail de réflexion qui a précédé l'exécution... A placer juste derrière les sublimes lectures de Fournier ou de Starker. »

Etienne Cambarre, ResMusica.com, 07 octobre 2004


« …. Dominique de Williencourt n'est pas du genre à improviser sa première intégrale de Suites. Le choix d'un magnifique Januarius Gagliano de 1754 en fait la démonstration : le son de l'instrument, velouté, prenant, souvent mystérieux, donne une aura singulière à son interprétation. On sent aussi dans les tempos le désir d'une cohérence globale qui révèle bien l'architecture de chaque Suite. Dominique de Williencourt est aussi un artiste probe, qui ne recherche pas l'effet à tout prix, bien au contraire. »